Sign In

Blog

Latest News

Maintenance

Site en maintenance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les troubles de comportement chez le chien

Les troubles de comportement chez le chien

Tout propriétaire de chien a rencontré au moins une fois des manifestations de troubles de comportement chez son chien. Des phénomènes tels que les aboiements constants, la destruction d’objets et les meubles mâchés, rendent parfois fou même le propriétaire le plus patient. Mais les tenants d’un comportement destructeur ne sont pas seulement une manifestation de la mauvaise humeur d’un animal de compagnie. Souvent, ce sont des signaux que tous les propriétaires de chiens ne sont pas capables de déchiffrer et qui sont des symptômes d’un réel mal-être de votre animal de compagnie. Si vous avez acheté un canapé flambant neuf, il est préférable de vous prémunir contre ces comportements inappropriés, pour que plus tard vous n’ayez pas à choisir entre deux quatre-pattes : le canapé et son destructeur malveillant.

Nous vous proposons ici de ventiler les troubles de comportement du chien les plus rencontrés et les solutions que vous pourrez généralement y apporter.

Mon chien aboie de manière excessive :

Commençons par une vérité qui dérange : dans 90% des cas, l’aboiement ne peut pas être classé en tant que trouble de comportement, et il ne peut en aucun cas être considéré comme une déviation de la norme du modèle comportemental du chien. Par exemple, certaines races se prédisposent à l’aboiement, comme par exemple le Chihuahua, le Toy Terrier, le Yorkie et d’autres : ils aboient au moindre bruissement et bruit. Et ce n’est pas un écart par rapport à la norme, mais plutôt les spécificités de la race. Mais si le chien démontre en quasi-permanence ses capacités vocales, ne sachant pas se reposer et ne distinguant pas l’heure de la journée, cela devient rapidement une plaie pour son foyer et le voisinage. Pour amoindrir ce problème, vous devez d’abord comprendre les causes profondes des aboiements intenses des chiens. Parmi ces raisons, on distingue généralement les suivantes :

  • Un avertissement : pour un intrus, individu qui s’approche
  • Passion pour le processus : il aime aboyer, le bougre
  • Attirer l’attention du propriétaire : c’est sa manière d’interagir avec vous
  • Anxiété : une source de stress l’amène à vocaliser
  • Ennui : C’est sa réponse spontanée au manque d’activité
  • Appel nominal avec d’autres chiens : il discute avec les copains à distance

Il faut toujours considérer que certaines races de chiens sont plus « aboyeuses » que d’autres. Agir sur les causes et amener le chien à adopter de nouveaux comportements est possible mais il faut être clair : si vous ne voulez pas d’aboiements, ne prenez pas de chien. L’aboiement est un comportement normal et est souvent une bonne réponse du chien vis à vis de son environnement, même si cela peut exaspérer à la longue. Voyons quelques solutions pour diminuer les aboiements :

Pour les avertissements : Vous pourrez au mieux rediriger votre chien vers un jouet qui ne lui sera accordé que lorsque quelqu’un s’approche du domicile ou du grillage. Travaillez par exemple avec le facteur : dès qu’il arrive, sortez le jouet dédié et jouez avec le chien. Il associera rapidement l’arrivée d’un intrus au jeu et pourra rediriger l’aboiement vers le jouet.

Passion pour le processus : certains chiens aboiement régulièrement au long de la journée et vous ne pourrez rien y faire, c’est un instinct naturel généralement retrouvé chez les chiens dits primitifs. Vérifiez bien qu’il ne s’agit pas d’ennui ou d’anxiété au risque de passer à côté de quelque chose d’important.

Attirer votre attention : C’est bien simple, le chien a compris qu’aboyer attirait votre attention. Lorsqu’il vocalise, vous le regardez ou s’il est au jardin, vous ouvrez la fenêtre pour lui ordonner d’arrêter. Bien joué, il a gagné. Deux choses à faire : ne pas répondre aux aboiements et provoquer vous-même les interactions avant qu’il ne les réclame. Vous remettez ainsi la balle de votre côté et faites diminuer ce type d’aboiement.

Anxiété : Pour diminuer ce type d’aboiement, il faudra trouver la source d’anxiété et travailler dessus pour mettre votre chien à l’aise. L’anxiété pouvant causer de nombreux troubles, nous vous invitons à vous faire accompagner d’un éducateur canin pour qu’il puisse analyser votre environnement et le chien avec finesse et trouver les solutions les plus adaptées : le problème ici n’est pas l’aboiement, c’est bien que votre chien souffre d’anxiété.

L’ennui : C’est la cause la plus fréquente et sa résolution est on ne peut plus simple : sortez avec votre chien, promenez-vous, allez courir, faites lui rencontrer de nouveaux chiens, jouez avec lui, apprenez-lui de nouveaux ordres et de manière générale, stimulez-le. Encore une fois, on ne travaille pas l’aboiement mais bien la cause de ce trouble de comportement.

L’appel d’autres chiens : Encore une fois, c’est un comportement normal qui n’est pas à mettre dans la case des troubles. Il vous faut simplement vous assurer que cela ne devient pas handicapant ni ne provoque des troubles à votre chien.

Mon chien creuse des trous dans le jardin :

Ce trouble de comportement est aussi l’un des plus courants. Les chiens aiment creuser, cependant, si cette habitude devient excessive, vous devez immédiatement commencer à en sevrer votre chien. Le plus souvent, les chiens commencent à creuser juste par ennui, par exemple si vous l’avez laissée longtemps dans une cage, un appartement fermé ou en laisse, choses qui provoquent ce comportement destructeur. Dans ce cas, il est préférable d’orienter l’attention de votre animal vers d’autres activités. Vous devrez :
Consacrer plus de temps à jouer avec votre chien ;
Chouchouter votre animal avec de nouveaux jouets et en acheter de temps en temps ;
Consacrer plus de temps à promener le chien ;
Si vous avez un grand chien de sport, pensez à augmenter son activité physique.
Stimuler mentalement votre chien

Cette approche aidera sûrement à éviter à votre chien de creuser excessivement, ainsi qu’à garder votre propriété en ordre.

Chien rongeur / chien destructeur

Vous franchissez la porte de votre maison et une image terrible est devant vous – votre paire de chaussures bien-aimée, encore presque pas usée, aux talons rongés est éclatée sur le sol, et votre chéri à quatre pattes n’essaie même pas de cacher les traces du crime ou de s’échapper de la scène du désastre ! Cela semble vous familier ? Si tel est le cas, vous devez vous battre avec un comportement aussi destructeur, afin de ne pas vous retrouver sans une seule paire de chaussures. Les raisons les plus courantes pour lesquelles les chiens mâchent et rongent tout ce qui se trouve à leur portée sont :

  • Le chiot détruit car il fait ses dents ;
  • Le chien détruit car il s’ennuie, a un excès d’énergie ;
  • Le chien détruit car il souffre d’anxiété ;
  • Le chien détruit par curiosité (surtout chez les chiots).

Bien sûr, il faut éduquer les chiens à ne pas mâcher ce qui n’est pas censé être fait dès le plus jeune âge. Mais si l’âge de l’enfance est derrière, et que votre chien continue à intimider les jambes des chaises, vous devrez aider votre animal de compagnie à se passer d’un tel passe-temps. Cachez ce qui a de la valeur sur les étagères supérieures (à moins, bien sûr, que vous ayez un Mastiff napolitain), limitez la zone du chien pendant votre absence à une pièce dans laquelle il a l’habitude d’être (le salon ou la cuisine par exemple) et assurez-vous que le chien a quelque chose à mâcher, en plus des talons de créateurs.

Surtout, veillez à combler les dépenses physiques et mentales de votre chien. Même pour les plus petits, comptez sur un minimum d’1h ou 2h d’activité dans la journée (jeux, promenade, course, apprentissage…). Assurer la dépense physique et mentale du chien avant votre absence l’aidera à avoir moins d’énergie et de stress durant votre absence. Veillez à le quitter lorsqu’il est calme : ne lui faites pas de grands au revoir ou ne coupez pas une séance de jeu avant de partir. Aussi, habituez-le à vos absences au quotidien : sortez de chez vous pour 1 seconde, puis 10 secondes, puis 30 secondes, puis 1 min, puis 5min… le tout sur plusieurs semaines. Cela aidera le chien à se dire que votre départ est normal et surtout que vous revenez toujours. Prenez le temps de faire cet exercice au moins 2 ou 3 fois par jour si la dépense physique ne règle pas le problème. Si aucune évolution n’est remarquée au bout d’un mois, faites appel aux services d’un éducateur comportementaliste canin.

A savoir : ne vous énervez jamais en rentrant chez vous lorsque le chien a détruit. Le mal est fait et vous ne pourrez rien faire de constructif à cette étape. Partez promener le chien et demandez à votre conjoint ou un proche de ramasser les dégâts en votre absence pour que le chien n’en soit pas témoin. Si vous êtes seul(e), isolez le chien quelques minutes avec une friandise (il n’est pas puni !) pour ramasser tranquillement.

La mal-propreté : Miction et défécation aux mauvais endroits

Le comportement destructeur le plus « mauvais », le plus ennuyeux de nos petits animaux à quatre pattes, qui partagent avec nous le même toit au-dessus de nos têtes et le même sol sous nos pieds. Et quelle frustration quand ces mêmes pieds, debout sur le même sol, au lieu du parquet / stratifié habituel, tombent sur, ou plutôt, dans quelque chose qu’ils ne s’attendaient pas à rencontrer. Ce comportement peut être dérangeant non seulement pour des raisons esthétiques, mais aussi être un signal que le chien a un problème médical ou comportemental qui doit être traité. Si le chien est en parfaite santé, les raisons de la miction et de la défécation aux mauvais endroits peuvent également être les suivantes :

  • État émotionnel : plaisir, peur, etc.
  • Marquage du territoire ;
  • Comme outil pour attirer l’attention ;
  • Une simple promenade arrivée trop tard, le chien ne pouvait plus se retenir;

Il est important de comprendre que pour les chiots jusqu’à l’âge de 12 semaines, ce comportement n’est en rien destructeur, mais très naturel. L’apprentissage de la propreté peut se faire en moins de deux semaines mais avant l’âge de 5 mois, le chien n’est pas du tout en mesure de se retenir. Si l’apprentissage de la propreté se passe bien, il saura entre ses deux mois et cinq ou six mois se retenir de plus en plus longtemps jusqu’à tenir 6 ou 7h sans problème. ce comportement est réellement destructeur pour un chien qui n’a pas été promené récemment (disons sur les 6 dernières heures max) et qui est habituellement propre.

Mon chien vole de la nourriture et mendie

C’est une très mauvaise habitude et très souvent encouragée (involontairement ?) par les propriétaires. Le chien qui mendie ou vole de la nourriture n’a pas de réel trouble de comportement mais est souvent le simple fruit d’un défaut d’éducation. Vous devez faire comprendre à votre chien une fois pour toutes que ce qui se passe à votre table n’a rien à voir avec lui. Une éducation professionnelle aidera à corriger ce comportement destructeur de votre animal de compagnie et au fil du temps, le chien se débarrassera du mauvais comportement qui lui est déjà devenu habituel. De plus, le dresseur de chiens vous donnera de précieux conseils pratiques que vous pourrez utiliser lors de l’élevage de votre chien.

Quelques règles simples : lorsque vous passez à table, le chien doit se trouver à son panier et y rester. L’apprentissage n’est pas si compliqué mais la fermeté est de rigueur. Comprenez-là : vous mangerez certainement froid pendant 2 semaines si votre chien et tenace, quelques jours au plus la plupart du temps. Il vous faudra vous lever et raccompagner le chien au panier dès qu’il le quitte. Pour l’aider, confiez-lui un jouet qu’il apprécie ou un kong avec un peu de nourriture dedans. « Mais, il mange en même temps que nous du coup ? » : Non. Ce qui l’intéresse est ce qui se trouve dans votre assiette, pas dans le Kong qui est juste une aide pour le faire patienter durant l’apprentissage.

Mon chien saute sur les invités et sur moi-même

Souvent, les chiots ou les jeunes chiens commettent de tels comportements en jouant. Cela va souvent au-delà du jeu, lorsque sauter est une salutation à la fois pour des personnes familières et inconnues, souvent en s’efforçant d’« embrasser » la victime. Il s’agit d’un trouble de comportement récurrent chez les chiens énergiques et très sociaux particulièrement ennuyant pour les grands chiens qui risquent de renverser des personnes par l’aspect soudain et énergique des sauts en plus d’abîmer les vêtements. Par conséquent, il est très important de choisir la bonne stratégie pour répondre à un tel comportement canin afin de donner le bon message à votre animal de compagnie. La réponse défensive sous la forme de lever une jambe, un bras ou de repousser le chien ne doit jamais être appliquée : elle peut au pire blesser le chien, au mieux l’inviter à recommencer puisque le chien pourra prendre cela comme une invitation au jeu : lorsque vous jouez, votre corps est mobile et vous utilisez beaucoup vos mains. Votre chien pourra donc très facilement interpréter cette stratégie défensive comme son inverse : une invitation et croire que vous êtes super content qu’il vous saute dessus. Dans cette situation, il est préférable de faire preuve d’une totale indifférence en se détournant ou en s’éloignant. Pour les récalcitrants : un « non » ferme et un « assis » si l’ordre est bien maitrisé l’aideront à se canaliser et à adopter le bon comportement.

Anxiété de séparation : peur de se séparer du propriétaire

L’anxiété de séparation est un concept généralisé qui peut se manifester sous la forme de toutes les réactions comportementales ci-dessus. Cela peut être le fait de ronger les meubles, d’uriner au mauvais endroit, d’aboyer de manière excessive et d’autres problèmes très ennuyeux. Attention à ce terme fourre-tout qui est généralement utilisé à tort et à travers, qui sert souvent de bonne excuse pour justifier un comportement déviant du fait d’une mauvaise éducation. Ce n’est pas une bonne chose non plus : ce n’est pas une marque d’amour ou le symptôme d’un lien fusionnel du chien envers son propriétaire. Au contraire, l’anxiété de séparation est une vraie souffrance pour le chien et doit être résolue dans les meilleurs délais.
Une éducation correcte et une désensibilisation quotidienne à l’absence du maitre peuvent résoudre ces problèmes qui sont gênants pour les propriétaires dans la vie de tous les jours, et ainsi rendre l’alliance « homme-chien » plus durable et souhaitable. Ce travail permettra de rendre au chien un véritable équilibre mental et de lui donner confiance envers son propriétaire pour avoir enfin un chien bien dans ses patounes.

Comportement destructeur chez le chien – Pourquoi ?

Stress, ennui, énergie accumulée et ainsi de suite. Les raisons peuvent être infinies et il n’est pas possible de toutes les énumérer. Chaque chien a une raison bien précise pour adopter des comportements destructeurs qui traceront les pourtours de son trouble du comportement au fil des jours et des semaines. Propriétaires de chiens : ne culpabilisez-pas. Tout le monde a droit à la faute mais se doit de la réparer et de reprendre le bon chemin le plus tôt possible. Les troubles de comportements sont les symptômes d’un mal-être profond de votre animal de compagnie. Il est de votre responsabilité de vous faire aider par un comportementaliste canin dans les meilleurs délais pour offrir à votre chien une meilleure vie.

Pour commencer, nous pouvons nous poser quelques questions importantes :

  • Faites-vous suffisamment de promenades ? (besoin d’exploration du chien)
  • Faites-vous suffisamment d’activité physique ? (besoin de dépense physique)
  • Faites-vous assez de travail d’éducation et d’obéissance ? (besoin de dépense mentale)
  • Faites-vous assez de rencontres avec d’autres chiens ? (besoin de socialisation intraspécifique)
  • Faites vous assez de rencontres avec des humains et autres animaux ? (besoin de socialisation interspécifique)
  • Mon chien est-il bien nourri ? (nourriture de qualité dans la juste quantité)
  • Ma relation avec le chien est-elle saine ? (respect mutuel en toutes circonstances)
  • Mon chien a-t-il sa place dans la meute ? (interactions positives avec chaque membre du foyer)
  • A-t-il été habitué à tous les éléments de son quotidien et à adopter les bons comportements ?

Si les réponses à ces questions ne sont pas positives pour ne serai-ce qu’une question, il est temps de poser le problème de manière radicale et de chercher une solution qui puisse rendre ses journées plus stimulantes, épanouissantes et plus en accord avec son statut de chien.

Accompagner le chien et résoudre ses troubles comportementaux

Si vous avez répondu positivement aux questions précédentes, vous n’avez certainement rien à vous reprocher. Il y a souvent une tendance à blâmer les propriétaires pour tout comportement indésirable du chien, mais cela peut ne pas être le cas. Votre chien, de par son caractère, sa race, ses habitudes ou sa prédisposition, pourrait grandement prendre plaisir à grignoter des objets. C’est comme ça, et on n’y peut pas grand-chose, mais il faut encore intervenir pour endiguer le problème, car les meubles, les tapis et les canapés coûtent cher, et on ne peut pas se permettre de les laisser grignoter.

A ce stade, deux solutions :
Retirer tout ce qui a de la valeur à sa portée : cela signifie, par exemple, mettre des chaussures « sûres », des chaussons, des chaussettes, des objets précieux ou pire encore dangereux pour sa sécurité. Limitez son rayon d’action en limitant les espaces dans lesquels il peut se déplacer librement. Par exemple : il ne peut pas entrer dans la chambre, le bureau, la cuisine. Cette solution a le très gros inconvénient de laisser le problème où il est, sans rien résoudre. Bien sûr, nos biens sont en sécurité, mais pas son état mental, qui pourrait même empirer et manifester l’inconfort de manière bien pire. Si je veux grignoter quelque chose pendant la journée et qu’ils ne me laissent jamais faire, que puis-je trouver pour évacuer cet instinct ?
Remplacez l’objet à grignoter par un objet adapté : sur le marché, il existe de nombreux jeux, balles, os et autres qui sont conçus pour de telles situations. La mastication est une activité qui draine beaucoup d’énergie chez le chien, et certains chiens ont absolument besoin de le faire. Si vous utilisez des os, n’exagérez pas les quantités, et si besoin réduisez la ration journalière.
La meilleure solution est donc de mettre en pratique les deux remèdes en même temps. C’est-à-dire : après avoir retiré tous les objets de valeur ou dangereux de sa portée, remplacez-les par des objets qu’il pourra mâcher librement et qui lui donneront beaucoup de satisfaction.
Essayez de ne jamais utiliser de vieilles chaussures ou de vieux chaussons par exemple, car le chien n’est pas capable de faire la différence entre une vieille chaussure des années 80 et une paire de chaussures très chère que vous venez d’acheter.

Enfin, quitte à voir votre budget mobilier exploser pour renouveler les éléments détruits par votre chien, faites appel aux services d’un éducateur canin pour vous aider à résoudre ces troubles. Rien n’est figé et votre chien, tout comme vous, est parfaitement capable de changer d’attitude dans un même environnement et d’évoluer. Cela est vrai qu’il soit âgé de 3 mois ou de 10 ans.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *